Riviera et Scandinavie: une rencontre pleine de surprises.

Riviera et Scandinavie: une rencontre pleine de surprises.

Mar 11, 2012

La Riviera dei Fiori et les pays scandinaves sont à des milliers de kilomètres l’un de l’autre et sont des territoires complètement différents par leur climat, leurs traditions et leurs cultures. Vous serez donc surpris d’apprendre qu’il existe en réalité de subtils liens qui unissent à différents titres ces deux régions.

Alfred Nobel est connu comme l’inventeur de la dynamite, et on lui doit également le nom des prix décernés chaque année à Stockholm à d’éminentes personnalités qui se sont distinguées dans divers domaines.

Le scientifique suédois passa les dernières années de sa vie à San Remo, où il mourut à 63 ans le 10 décembre 1896.

Le témoignage le plus intéressant de son séjour sur la Riviera est sans aucun doute la magnifique villa et son parc qui se trouve sur le Corso Cavallotti à San Remo, qu’il  appelait “mon nid” et qui appartient désormais à la circonscription d’Imperia

La Villa Nobel accueille en son sein la bibliothèque nobélienne et une collection d’objets personnels et de reliques appartenant au scientifique suédois, mis à disposition par la Fondation Nobel de Stockholm.

San Remo et Stockholm se partagent l’héritage culturel et scientifique d’Alfred Nobel, et chaque année le 10 Décembre, date de l’attribution des fameux prix qui lui sont dédiés, la Ville des Fleurs rend un important hommage floral à la capitale suédoise.

En provenance de la Riviera dei Fiori, les compositions qui ornent la Salle des Concerts où sont décernés les prix Nobel comprennent des œillets, des glaïeuls, des gerberas et des milliers et milliers d’autres primeurs parfumées, lesquelles décorent également la Salle Bleue du siège de la mairie, où se tient le banquet en présence du roi et de ses invités triés sur le volet.

Un autre personnage ayant eu des liens importants avec San Remo fut Evert Taube, un fameux chanteur compositeur folk suédois qui vécut à cheval entre les 19ème et 20ème siècles. La Suède le compte parmi ses poètes nationaux, et la ville de Stockholm a érigé un monument en son honneur.

La Riviera dei Fiori, et San Remo en particulier, furent une importante source d’inspiration pour sa veine lyrique. Un poème d’inspiration romantique, “Sérénade à San Remo”, fut dédié à sa future épouse, Astri Bergman, qu’il rencontra en 1920 à San Remo, à Villa Bella Vista.

Sa deuxième œuvre lyrique, au ton plus badin, est intitulée « Le joyeux boulanger à Sanremo », et parle d’un boulanger qui tout en pétrissant la pâte chante et fait la conversation à quelques dames, tandis que l’intervention de sa femme remet tout le monde en place!

L’union entre la Riviera et la Scandinavie se retrouve aussi à table : prenez par exemple la morue, un met typique de l’Europe du nord, ajoutez-y de l’huile d’olive extra-vierge des vallées de la Riviera ligure, et vous obtiendrez un mélange exceptionnel!

Le stockfish ou « poisson à bâton » est un traitement spécial de la morue qui nous vient des pays scandinaves, en particulier des îles Lofoten, un archipel au nord-est de la Norvège. L’économie et l’alimentation de ces îles reposent sur ce met réputé, qui est exporté dans le monde entier.

Badalucco, un petit village du territoire de la Valle Argentina, jumelé depuis plusieurs années avec les îles Lofoten, met ce précieux aliment à l’honneur depuis plus de quarante ans en lui consacrant à la mi-septembre un grand festival, où l’on cuisine la morue en suivant une antique recette appelée « la badalucchese »

A une époque la morue était considérée comme un plat de pauvre mais était très prisée, en raison de sa grande facilité de conservation et d’un apport important en protéines .

La légende veut que la morue combla la faim de la population de Badalucco pendant un long siège au temps des invasions barbares, ce qui explique la mise à l’honneur de cette spécialité du village.

Castelbianco est un bourg de l’arrière-pays d’Albenga, dans la région de Savone, et est composé de quatre villages : Veravo, Vesallo, Oresine et Colletta.
Il existe de nombreux villages comme ceux-là en Ligurie, entourés d’oliviers et d’arbres fruitiers, avec quelques maisons, des restes de moulins et de pressoirs, signes d’un passé plein de vie et de labeur.

Après le violent tremblement de terre qui frappa en février 1887 la Riviera du Ponant, le bourg commença à se dépeupler progressivement, et en particulier Colletta.

De nos jours, au 21ème siècle, Colletta di Castelbianco est connue pour s’être transformée en un village virtuel, une ville du futur entièrement dédiée à la technologie.

La transformation a eu lieu grâce à un groupe d’étrangers entreprenants, norvégiens, néerlandais, d’Europe du Nord en général, propriétaires de 60 logements achetés et restaurés avec soin, mais avec un cœur câblé.

Le petit village a retrouvé une seconde vie, on organise de nouveau le festival de l’huile, le gaulage, la récolte et le pressage des olives ; chacun y met du sien, en harmonie, et tous parlent une langue commune qui est entre temps devenue l’anglais.


Email
Print